Vaccin contre le VIH/SIDA pourquoi est-ce si difficile?

Le 17 novembre 2019 le premier cas d’une pneumonie d’origine inconnue est signalé en chine, le 07 janvier 2020 l’agent causal est identifié, à partir du 12 janvier le génome du virus est séquencé et partagé avec la communauté scientifique du monde entier, le 10 décembre soit moins de 12 mois après l’identification du virus, un vaccin est validé contre la maladie et plus de cent autres en cours d’essai [1,2]. Jamais la science n’avait, en si peu de temps, accompli autant de progrès contre un agent infectieux.

Les prouesses de la science ne sont cependant pas si glorieuses face à une autre pandémie ravageuse : Ayant à son compte plus de 25 millions de morts et plus de 30 ans après le début de sa propagation, il n’existe à ce jour aucun vaccin capable d’enrayer la pandémie du VIH. L’un des derniers essais cliniques sur ce qui allait être le vaccin tant attendu est interrompu en début 2020 en Afrique du Sud, par manque de résultats sur les analyses préliminaires [3]. Des avancées importantes ont été enregistré pourtant dans la lutte contre le VIH/SIDA : Grâce aux ARV l’espérance de vie des personnes séropositives égale aujourd’hui celle de la population globale [4]. La PREP, un traitement médicamenteux qui empêche l’infection par le virus du sida chez des personnes séronégative, frôle presque le statut de vaccin [5]. Si ces outils ont apporté un progrès majeur dans le combat contre le VIH/SIDA, ce ne sont pas des vaccins, et seul un vaccin pourrait mettre fin aux ravages de la maladie.

Ce n’est pas, comme on pourrait le croire, par manque d’intérêt des acteurs de la recherche. De la couverte du virus à nos jours, plus de 250 essais cliniques ont été mené à travers le monde pour trouver un vaccin efficace, mais tous se sont soldés par un échec [6]. Qu’est ce qui rend si difficile le développement d’un vaccin contre le virus du SIDA ?

La biologie d’un virus exceptionnel

A ce jour les développements des vaccins ont consisté à voir comment l’organisme malade guéri ou tente de se guérir d’une maladie, puis à reproduire à peu près le même schéma dans l’organisme sain. Pour ce faire on regarde comment et quelle portion du microbe déclenche la réaction du système de défense dans l’organisme malade, ensuite on fournit à l’organisme sain cette portion [7], le préparant ainsi à se guérir de la maladie avant même de la contracter. Avec le nouveau vaccin des laboratoires Pfizer et BioNTech contre le covid 19, c’est une révolution qui voit le jour, on ne fournit non plus une portion de l’agent infectieux, mais une information (ARN) capable de dire à l’organisme comment créer lui-même en son sein cette portion du virus, puis apprendre à travers cette portion (la fameuse protéine spike), comment tuer le virus [8].

L’une des difficultés majeures avec le VIH est que personne n’en guéri, au sens biologique du terme. Pour la plupart des microbes connus, certains individus se remettent naturellement de leur infection. Pour le VIH selon les termes du Dr Antoni Fauci « nous sommes confrontés à une réalité stupéfiante : avec plus de 30 millions de personnes vivant avec le virus, il n’existe pas un seul cas documenté de personne ayant développée une réponse immunitaire assez efficace pour éliminer complètement le virus de son corps. Certaines personnes possèdent les qualités génétiques nécessaires pour maîtriser le virus, mais personne ne l’élimine complètement de l’organisme » [9].

Si l’organisme humain est incapable de se débarrasser naturellement du VIH, c’est aussi d’une part grâce aux capacités biologiques remarquables du virus. A la différence des autres microbes connus, le virus du SIDA s’attaque au système de défense de l’organisme même, échappe à tout control, et mute très rapidement [7]. En mutant un virus donne naissance à d’autres versions plus ou moins différentes de la première version, appelées souches. Plus les mutations surviennent plus les souches diffèrent. Comme l’illustre la menace actuelle sur le nouveaux vaccins anticovid19, l’apparition d’une seule nouvelle souche pourrait suffire à rendre caduque un vaccin développé sur les souches antérieures.

Avec le VIH, les mutations sont si rapides que chez un individu donné, des milliers de souches du virus existe déjà à quelques mois seulement après l’infection initiale. Alors que la plupart des vaccins ne sont efficaces que sur une seule souche, trouver un vaccin contre VIH viendrait à trouver un vaccin si puissant qu’il pourrait être efficace contre des milliers des souches existantes mais aussi contre des milliers d’autres potentiellement émergentes [7].

Entre pessimisme et optimisme.

Il a fallu plus de 47 ans entre la découverte de l’agent causale de la poliomyélite et la découverte du vaccin, plus de 40 ans pour la rougeole ,100 ans pour la typhoïde. La technologie de l’ARNm promet désormais de réduire cet écart. Mais si la technologie de l’ARNm représente un grand espoir pour trouver un vaccin contre beaucoup d’autres maladies, contre le VIH la grande variabilité du virus demeure un obstacle. Quel message donner à l’ARN si le virus change incessamment, et si rapidement, quelle protéine cibler ?

Comme le dit Glenda Gray, présidente du Conseil sud-africain de la recherche médicale. ‘‘Quelle que soit la méthode que vous utilisez, pour le VIH, c’est l’immunogène qui compte (la portion du virus qui déclenche la défense de l’organisme, NDLR) …Si vous n’avez pas le bon immunogène, vous n’aurez pas la bonne réponse. » [10]

Les chercheurs sont cependant confiants et actuellement plus de 40 essais cliniques, utilisant d’autres stratégies sont actuellement en cours pour tester des potentiels candidats vaccins [11].



Source: AIDS Vaccine Handbook 2nd Edition: Global Perspectives Patricia Kahn, ed. New York: AVAC, May 2005

[1]Chronologie – COVID Reference

[2] Biopharma products in development for COVID-19 (bioworld.com)

[3] An experimental HIV vaccine failed a key trial in South Africa | Science News

[4] Survival of HIV-positive patients starting antiretroviral therapy between 1996 and 2013: a collaborative analysis of cohort studies – The Lancet HIV

[5] Dossier : tout savoir sur la PrEP – Sida Info Service (sida-info-service.org)

[6] HIV Vaccine Research: The Challenge and the Way Forward- Hai-BoWang, Qiu-HuaMo, and Ze Yang

[7] The search for an HIV prevention vaccine | aidsmap

[8] Covid-19 : comment fonctionne le vaccin Pfizer, fondé sur une technologie nouvelle (lefigaro.fr)

[9] Interviews – Anthony Fauci | The Age Of Aids | FRONTLINE | PBS

[10] Where we are in the race for an HIV vaccine (dailymaverick.co.za)

[11] How Soon Will There Be an HIV Vaccine? (webmd.com)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :